Voices
Points de vue sur le monde du travail
Photo: Seyidina Alioune Diallo
Communication pour le développement

Rapper pour sensibiliser contre les dangers du COVID-19

J’ai toujours su que grâce à la musique, il était possible de réveiller les consciences et d’aborder des sujets très sérieux.

Quand le COVID-19 a commencé à sévir en Mauritanie et a frappé mes compatriotes, nous savions qu’il nous fallait faire quelque chose. Nous avons donc réfléchi à une proposition originale avec le chef de projets pour lequel je suis assistant principal à la communication et c’est ainsi qu’est née l’idée de réunir quelques amis pour écrire un rap afin de sensibiliser les jeunes mauritaniens et les réfugiés du camp de Mbera sur les dangers du COVID-19 et le respect des gestes barrières. 

Le COVID-19 a en effet des impacts néfastes sur l’économie du pays en général, particulièrement sur le monde du travail et sur les personnes vulnérables. Certaines pratiques favorisent malheureusement la propagation du virus, notamment le non-respect du port de masque dans les lieux de travail ou la promiscuité. D’un autre côté, plusieurs mesures ont été mises en place par les autorités mauritaniennes pour contenir efficacement la propagation du virus, ce qui conduit au ralentissement des activités et provoque une baisse du pouvoir d’achat. Il est à mon avis très important que les populations comprennent l’importance de respecter ces mesures pour endiguer cette maladie et aller vers une reprise des activités économiques.

Composée par deux rappeurs mauritaniens très connus du public sous les noms de “Le Baron“ et “Charke“, et moi-même, cette chanson s’adresse surtout à la jeunesse mauritanienne et aux réfugiés du camp de Mbera. Elle appelle chacun à respecter les mesures barrières et les consignes mises en place par les autorités mauritaniennes afin de se protéger et de protéger les autres de ce virus. Parallèlement, elle souligne l’importance du travail dans des conditions de santé et de sécurité suffisantes pour favoriser un épanouissement des travailleurs.

Le rappeur Mauritanien «Le Baron» se tient devant un micro dans un studio. Avec sa main droite, il fait le signe de Rock'n Roll.

Le rappeur Mauritanien «Le Baron»: «Je me sentais presque obligé de participer à ce projet, vu la place d'artiste que j'occupe, connaissant la situation progressive du COVID dans le pays et ses effets négatifs sur les gens et le monde du travail. Cette obligation s’accompagne d’un grand plaisir; oui j'ai fait cette chanson avec plaisir et devoir, en espérant que cela puisse changer les habitudes des jeunes réfugiés et jeunes mauritaniens et les alerter sur les dangers de cette maladie.»

 

© ILO/OIT María Legaristi Royo

Le lancement de cette chanson s'est fait avec d’autres activités de sensibilisation sur le terrain et la distribution de matériel de prévention dont 11 000 masques.

Six hommes qui portent des masques sont debout derrière une table remplie de masques dans des sacs en plastique bleu.  Il y a un panneau derrière eux avec le nom du projet de l’OIT, le logo de l’OIT, le drapeau de la Mauritanie, et le drapeau des Etats-Unis, qui soutient le projet de l’OIT et du UNHCR.

La distribution des masques au camp de Mbera. Les masques ont été fabriqués par des petits ateliers de couture de la région, soutenus par le projet Teampreneurship (Entreprendre en équipe) de l’OIT et du UNHCR.

© ILO/OIT María Legaristi Royo

Cette chanson produite avec l’appui du BPRM (Bureau du département d’Etat des Etats-Unis pour la population, les réfugiés et la migration) en partenariat avec l’UNHCR, a été largement relayée à Bassikounou, Fassala et à Mbera par le biais des radios locales et des groupes WhatsApp très actifs dans la région où se trouve les réfugiés.

A travers cette chanson, j’espère une réelle prise de conscience des jeunes au sujet des dangers du COVID-19

Seyidina Alioune DialloChargé de communication pour l'OIT en Mauritanie

Les projets de l’OIT en Mauritanie travaillent d’ores et déjà sur des capsules informatives et des spots radio à destination des populations réfugiées et des communautés hôtes sur des sujets aussi variés que la santé et la sécurité au travail, la promotion de la formation professionnelle et le respect des gestes barrières, sujets qui seront aussi relayés à travers les réseaux sociaux.

Seyidina Alioune Diallo assis à l’extérieur en train d’apprendre les paroles de la chanson de rap.

Seyidina Alioune Diallo : « De la fierté, c’est ce que je ressens, la fierté de faire partie de cette grande famille qu’est l’OIT et la fierté de pouvoir participer à des projets aussi nobles que la protection des personnes. Entouré d’une équipe et d’un supérieur hiérarchique qui comprennent les enjeux, l’importance et l’impact de la communication, c’est un réel plaisir que de participer à mon niveau aux efforts nationaux de sensibilisation contre les propagations du COVID-19. »

© ILO/OIT María Legaristi Royo

A travers cette chanson, j’espère une réelle prise de conscience des jeunes au sujet des dangers du COVID-19 et accompagner les efforts mis en place par les projets pour continuer à former les stagiaires, tout en les protégeant contre cette crise sanitaire.

En suivant

Partagez cette histoire