Voices
Points de vue sur le monde du travail
Photo: Asitha Seneviratne
Le travail des enfants

Une chanson pour libérer les enfants

Quand j’ai été approché par l’OIT pour participer à l’initiative «La musique contre le travail des enfants», j’étais très enthousiaste parce que c’est une chose à laquelle je crois vraiment: le travail des enfants doit être éradiqué.

Je me suis lancé dans la musique il y a quelques années. Je voulais voir si je pouvais apporter quelque chose à la scène musicale sri-lankaise. J’ai collaboré avec la compositeur Charitha Attalage et quelques autres artistes. C’est un autre type de musique expérimentale que nous faisons, une fusion entre l’électronique moderne et la musique classique sri-lankaise. Nous avons une base fidèle de fans au Sri Lanka et aussi quelques-uns à l’étranger. 

Je pense que le travail des enfants doit être éradiqué de la surface de la terre pour que les enfants puissent passer leur enfance comme il se doit.

J’ai toujours été très attaché à l’importance de l’éducation pour un enfant.

Ridma Weerawardena

Auteur compositeur interprète

A l’heure actuelle, le Sri Lanka est dans une situation bien meilleure que le reste de la région. Cependant, 40 000 enfants y travaillent encore actuellement. Ils sont privés de leur éducation et de leurs droits fondamentaux en tant qu’enfants.

Ridma Weerawardena chante avec des enfants handicapés dans un atelier communautaire.

Je fais du travail social auprès des enfants depuis une dizaine d’années.

© Jehan Seedin

Je travaille avec des enfants handicapés et des enfants défavorisés à travers la musique, la danse et le travail social. 

La collaboration avec l’OIT m’a offert une formidable opportunité : servir la communauté de la façon que je connais le mieux, par la musique. 

Ridma Weerawardena interprète « Let them fly », une chanson sur le travail des enfants, à la télévision nationale.

Nous avons joué la chanson «Let them fly» à la télévision nationale le 12 juin 2019, pour la Journée mondiale contre le travail des enfants.

© Asitha Seneviratne

Notre chanson s’adresse aux adultes et les supplie de ne pas couper les ailes d’un enfant avant même qu’il ait appris à voler. Elle résume l’idée générale de ce que nous essayons de dire sur l’éducation, les droits humains fondamentaux, et pour que les enfants aient une enfance plutôt que de travailler.

Les paroles jouent un énorme rôle. La raison pour laquelle nous les avons écrites en trois langues, en cingalais, en tamoul et en anglais, était de nous adresser à un large public plutôt qu’à une seule communauté. Nous voulions que tout le monde comprenne, se sente concerné par la cause, et toucher aussi un public international. 

Le fait qu’une chorale d’enfants participe à la chanson ajoute beaucoup et je pense que cela touche aussi le public au cœur. 

La musique peut atteindre un public plus large et je pense qu’elle touchera de nombreux cœurs.

Ridma Weerawardena

Auteur compositeur interprète

Les enfants sont l’avenir de ce pays. Nous avons encore quelques pas à faire. Je pense que grâce à la musique nous pourrons convaincre beaucoup de monde, faire passer le message et sensibiliser pour mettre fin au travail des enfants.

En suivant

Partagez cette histoire